Sophie-Caroline Dété

Photographe

SELAMAT DATANG


Au même titre que je ne sais pas vraiment qui je suis ou qui je voudrais être je ne parviens pas à lire mes images.
Doivent elles raconter ma vie là bas ou celle que je mène ici ? En Malaisie j'ai découvert un autre moi.
D'ou me vient ce décalage au retour de grandes aventures ? La-bas c'est autre chose, là-bas on est qui l'on veut, sans se soucier.
C'est comme si j'avais laissé ma vie à Paris, j'ai répondu à la question des existences parallèles !
Un autre moi à pris la route, un qui n'a pas peur.
Mes angoisses n'ont plus de raisons d'être, et tout ce que j'entreprends alors n'a plus guère d'incidence.
Ce n'est pas tant le voyage qui forme mais le constat que l'on fait au retour.
Je me suis libérée. J'ai pris le temps de vivre.
Vivre c'est regarder, accorder de l'attention à des gens qui n'en demandaient pas, accorder de l'importance à des événements qui n'en on pas.
D'un geste insignifiant naît une journée et toute la délicatesse qu'il faut pour l'achever nécéssite du silence.
C'est quand on ne parle pas que se disent toutes les choses.
Il suffit d'un regard. Et l'espace d'un instant qui devient mémorable on oublie qui l'on est.
Devenir soi en passant par du rien dans la vie d'inconnus.
C'est ça loin. La sincérité de n'être rien et la légèreté de s'en contenter.
On a besoin de rien que d'absence et de temps.